Dossier Exeis – L’innovation : quelques méthodes et principes

Dans le cadre de la sollicitation pour la rédaction d’un article dans le journal Entreprise44 ayant pour thème : « L’innovation, un outil primordial de la compétitivité », nous avons eu l’occasion de mener des recherches et de découvrir plusieurs méthodes et principes d’innovation. Les méthodes de gestion de projet qu’elles soient innovantes ou non et surtout l’innovation au sens propre du terme sont des principes moteurs au sein de notre cabinet. De ce fait, nous avons souhaité approfondir ces sujets pour vous proposer un billet traitant des différentes méthodes d’innovation et vous proposer des pistes pour aller plus loin dans le processus.

Tout d’abord un peu de définition : Mais au juste, c’est quoi une innovation ?

Si on pose la question autour de nous : « Mais c’est quoi une innovation ? » il est à peu prêt certain que la majorité des personnes répondront qu’une innovation est quelque chose de nouveau, que c’est une invention technologique ou encore quelque chose qui ne peut être que révolutionnaire !

En effet, une innovation peut être qualifiée par  l’ensemble de ces attributs. Mais toutefois, pour être plus précis, il convient de donner une définition exacte à ce terme.

Simplement, une innovation est une invention qui a trouvé son marché. Cette distinction entre les termes innovation et invention est très simple à expliquer et tient au fait que l’ensemble des inventions, déposées auprès des organismes de propriété intellectuelle adéquats ne sont pas nécessairement commercialisées, et donc ne sont pas portées à la connaissance du public et restent par conséquent au stade de « trouvailles» protégées mais non exploitées.

Partant de ce constat, il convient alors d’exposer l’ensemble des maillons de la chaine à utiliser pour générer de l’innovation.

L’innovation, une question de méthode ?

Les méthodes de créativité

Les méthodes de créativité sont des méthodes qui favorisent l’innovation par la mise en place d’un principe de réflexion en 4 temps :

1-La prise de connaissance

Il s’agit dans cette étape fondatrice et primordiale de poser les éléments de décor en identifiant l’ensemble de l’environnement composant le principe d’innovation dans lequel on souhaite évoluer, comme par exemple les contraintes physiques, légales qui entourent le processus d’innovation.

2-L’incubation

Dans cette phase, il s’agit de manipuler les données entourant le procédé d’innovation et de mettre en marche la recherche spontanée d’idées. On peut pour cela, s’aider de méthode très connues comme le Brainstorming, la méthode QQOQCCP, les 6 chapeaux de Bono,…

3-L’élaboration de solutions

Dans cette phase, il s’agit de combiner les différents éléments de réponse apportés par la phase d’incubation pour générer une solution, à minima une invention et même peut être les prémices de l’innovation

4-La vérification

Cette ultime étape du processus permet de générer l’innovation en tant que tel, puisqu’elle permet de valider les hypothèses qui ont été posées lors de la génération d’idées et qu’elle pose les principes innovants des inventions en modélisant le business model.

Les méthodes de résolution de problèmes

Les méthodes de résolution de problèmes sont basées sur des analyses précises à travers le temps de l’ensemble des bases d’innovation connues à ce jour. Ainsi, la méthode TRIZ (acronyme russe pour théorie de résolution de problèmes inventifs) suite à l’analyse des bases brevets dans le monde, repose sur les 40 grands principes comme étant à l’origine des innovations. Elle est constituée de 9 étapes :

  1.  Analyse du problème
  2.  Analyse du modèle de la situation initiale et modélisation du système, sous système et sub système.
  3. Formulation des contradictions physiques
  4. Mobilisation et utilisation des ressources
  5. Utilisation de la base de données de TRIZ
  6. Finalisation et substitution de la modélisation problématique
  7. Evaluation de la solution et des modes de suppression des contradictions
  8. Utilisation maximale des ressources d’une solution retenue
  9. Contrôle de la démarche de résolution entreprise

Partant de ces principes, la méthode ASIT a simplifié le processus de génération d’innovation pour porter la méthode en 3 étapes :

1-Analyse du problème et de son environnement

Dans cette phase, il est demandé aux participants à la méthode d’exprimer en phrases le problème rencontré et son environnement pour pouvoir prendre en compte l’ensemble des paramètres selon différents angles de vus

2-Préparation

Dans cette phrase, on explore l’ensemble de l’environnement composant le problème (objets impliqués, environnement), énonce le problème et focalise la réflexion sur sa résolution par la définition de l’action voulue

3-Application des 5 outils ASIT

Pour considérer le problème et ses possibles solutions selon des angles de vue différents, la méthode ASIT propose ses 5 outils qui permettent de :

  • Unifier : Utiliser les objets présents pour résoudre le problème.
  • Multiplier : Utiliser des objets du même type que les objets présents pour résoudre le problème
  • Diviser : Segmenter les processus et objets présents pour résoudre le problème
  • Rupture de symétrie : Casser les constances (dans le temps, l’espace et les groupes)
  • Supprimer : Enlever les objets pour résoudre le problème.

Pour illustrer la méthode ASIT, on peut reprendre la très célèbre scène du film Apollo 13 où les astronautes sont amenés à fabriquer un nouveau filtre de purification de l’air à l’aide des objets présents à bord, avec pour problème initial, comment faire entrer un embout carré dans un embout rond !

Les méthodes « alternatives »

Dans le domaine de l’innovation, on peut également faire « appel au public » pour générer de l’innovation par le biais de la participation du public. L’objectif du crowdsourcing (approvisionnement par la foule) est d’aller chercher à l’extérieur des savoir-faire que l’entreprise ne possède pas en interne sur des domaines particuliers. Ainsi, elles obtiennent les compétences les plus appropriées pour résoudre un problème ou générer des idées tout en minimisant le coût. Pour faire appel à ces ressources externes, il existe des plateformes Internet sur lesquels « Offreurs » et « Demandeurs » se rencontrent. Le magazine Wired, inventeur du terme et premier à avoir popularisé le phénomène via leur article « The Rise of Crowdsourcing » prend l’exemple du site iStockphoto qui propose pour 1$ d’accéder à des millions de photos mises en ligne par tout un chacun.

L’innovation ce n’est pas qu’une question de méthode

Pour générer un processus d’innovation, il faut réunir un ensemble de facteurs favorisant la démarche de créativité et offrant la possibilité de transformer les inventions en innovations. Tous ces éléments sont à disposition dans notre environnement, que ce soit par le biais d’organismes régionaux comme Territoire d‘innovation en Pays de la Loire, organisme en charge de centraliser les démarches d’innovation en proposant aux acteurs un ensemble de moyens ou par le biais d’organismes étatiques comme l’OSEO qui aide les entreprises à l’innovation que ce soit par l’apport de méthode ou de financements.

Pour aller plus loin sur ce billet, nous vous invitons à vous rendre sur les sites des organismes majeurs dans le domaine comme le site de l’OSEO, l’ARIST ou encore Territoire d’innovation.

L’article « L’innovation un outil primordial de compétitivité », rédigé par la cellule innovation du cabinet Exeis est disponible auprès du journal Entreprise44.

 

L’équipe de rédaction : Sidonie Tacquet, Fabienne Hazebrouck,  Robin Dounont et Grégory Panau

Laisser un commentaire


− un = 6

Archives
Catégories
Mots clefs

Entrez votre adresse email pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.